Méthode Mézières

Prestations Méthode Mézières

La méthode Mézières est une technique de rééducation posturale visant à relâcher les tensions musculaires et à corriger les déviations de la colonne vertébrale. Elle se pratique surtout en maintenant des postures très précises et en effectuant un travail respiratoire. Selon Françoise Mézières, la kinésithérapeute française qui a mis au point la technique en 1947, ce sont les muscles qui déterminent la forme du corps. Imbriqués les uns dans les autres, ils sont comparables à des ficelles qui contrôlent l’amplitude de nos mouvements. À force de se contracter, ils ont malencontreusement tendance à rétrécir, d’où l’apparition des douleurs musculaires, et aussi des tassements et des déformations de la colonne vertébrale (lordose, scoliose, etc.). Françoise Mézières a été la première à découvrir des groupes de muscles interreliés qu’elle a nommés chaînes musculaires.

Le travail accompli sur ces chaînes musculaires aide à redonner aux muscles leur ampleur et leur élasticité naturelles. Une fois décontractés, ils relâchent les tensions appliquées sur les vertèbres, et le corps se redresse. La méthode Mézières est aussi un outil de prévention qui permet de prendre conscience de son corps et de l’organisation de ses mouvements. L’approche n’a pas de visées psychothérapeutiques : si des émotions surgissent spontanément durant un traitement, le thérapeute les laisse simplement s’exprimer sans s’y attarder. 

 

 

L’haptonomie est la science de l’affectivité. Cette approche en science humaine accompagne tous les moments de la vie d’un être humain, de sa conception à sa mort. Être dans l’affectif est bien différent de l’idée de faire du sentimentalisme ou d’être dans l’attachement dans des relations (professionnelles ou personnelles). Être dans l’affectif dans son sens propre signifie être dans l’humain, laisser place au ressenti et vivre les choses avec son cœur et non sa tête. C’est laisser place au vivant à l’intérieur de soi. La formation d’haptonomie s’adresse aux médecins, psychiatres, pédiatres, psychologues, kinésithérapeutes, psychomotriciens, éducateurs, orthophonistes et sages-femmes. Chacun œuvre dans son art médical tout en associant l’approche de l’être au centre de ses priorités. L’haptonomie a pour but le bien-être humain, un bien-être à la portée de chacun, quel que soit son niveau d’éducation ou socio-économique. Au contact de la présence (tout l’enseignement de base de l’haptonomie repose sur ce travail de la présence), l’accompagné découvre ou prend conscience de sa sécurité intérieure. La confiance acquise lui permettra d’oser s’ouvrir aux autres, d’être lui-même et de vivre ce qui est juste pour lui tout au long du processus qui est en cours. Par exemple, dans l’accompagnement périnatal, puis de l’enfant qui grandit, (pratique qui à ce jour est la plus médiatisée), le praticien accompagnera les parents pour guider leur enfant à devenir une personne (dès sa naissance), c’est-à-dire un être humain digne, indépendant et autonome, doué de raison, agissant consciemment, raisonnablement, se sachant responsable de ses actes. Sur cette base, il se tourne vers les autres en assumant ses actes et leurs conséquences, en accord avec sa propre authenticité (identité).

Plusieurs domaines d'application (donc de formations de praticiens) concernent les accompagnements haptonomiques : l'accompagnement pré et postnatal des parents et de leur enfant, l'hapto-obstétrique (destinée aux obstétriciens et sages-femmes) l'haptopédagogie (destinée aux professionnels de l'enfance et de l'adolescent - accessible aux enseignants depuis peu - l'haptopsychothérapie (destinée aux psychologues, psychothérapeutes, psychiatres, pédopsychiatres, médecins généralistes, psychomotricien) l'haptosynésie (destinée aux intervenants de la santé qui pratiquent soins et accompagnements des personnes souffrant de maladie physiques ou de handicaps, l'accompagnement des personnes âgées et des mourants.

 

 

 

Martine BOYADJIAN : 06.81.37.69.64 ou   www.martineboyadjian.fr